Imprimer

Histoire, technique et indications de la micro greffe de cheveux

Histoire de la micro-greffe de cheveux 

L’utilisation de microgreffons de cheveux n’est pas une nouvelle technique, elle a été décrite au Japon, dès 1943, par le docteur Tamura, qui transplanta avec succès des cheveux sur le pubis. En 1950, à New York, le docteur Orentreich, popularise la méthode de transplantation de cheveux par prélèvement de greffons chevelus de 4 mm. Il décrit alors le concept de « l’aire dominante » qui sera la clef de la réussite de la transplantation capillaire. Ce principe est basé sur le fait que les cheveux de la zone occipitale ne sont pas sensibles à l’action de la testostérone qui provoque l’alopécie androgénique sur les golfs et la zone frontale et le vertex. Chaque cheveu a sa propre expression génétique, celle-ci est préservée lorsque l’unité folliculaire occipitale est transplantée sur la zone receveuse, et les cheveux transplantés continuent de pousser avec les caractéristiques de longévité de la zone donneuse. Ce n’est qu’en 1991 au Brésil que le docteur Uebel, considéré comme le père de la transplantation de cheveux moderne, rapporte l’utilisation des microgreffes et minigreffes pour recouvrir la totalité d’une surface chauve, transplantant plus de 1000 greffons en une seule séance. La

La micro-greffe de cheveux ou Micro-transplantation d’Unités Folliculaires

Elle est aujourd’hui le "gold standard" de la greffe de cheveux, une unité folliculaire représente un groupement de cheveux assemblés entre eux naturellement dans le cuir chevelu en petits paquets pouvant contenir un, deux, trois ou quatre cheveux. Transplanter les cheveux prélevés, en respectant cette disposition anatomique va permettre une bien meilleure survie des greffons et également un excellent résultat esthétique, le plus proche possible du naturel.

Évolutivité chronique de l’alopécie Androgénétique (AAG)

Parce que l’AAG évolue tout au long de la vie, elle n’est pas prévisible à long terme. La règle d’or est donc d’anticiper le scénario le plus grave pour chaque patient. Il faudra obligatoirement établir une stratégie opératoire sur le court et le long terme. L’information la plus précise sera donnée au patient et sera orientée en insistant particulièrement sur la description détaillée de l’évolution naturelle de l’alopécie androgénique.

La douleur provoquées par la micro greffe

L’intervention ambulatoire est peu douloureuse. Elle se déroule sous anesthésie locale simple, administrée par des injections d’une solution de Lidocaïne, comme pour une anesthésie dentaire, la douleur est le plus souvent minime et est fonction de la sensibilité des patients. Une crème anesthésiante pourra être appliquée avant les injections. Il n’y a le plus souvent pas de douleur post-opératoire, tout au plus une sensation de tension au niveau de la suture qui dure 48 à 72 heures.